Transports alternatifs : quels sont leurs avantages ?

Année après année, la tendance en matière de mobilité douce s’accélère. Alors que les systèmes de locations de vélos se développent, les Français s’intéressent à de nouveaux modes de transports. Leurs objectifs : gain de temps et confort, en particulier pour les trajets quotidiens domicile-travail qui peuvent leur prendre jusqu’à plusieurs heures par jour. Alors, quels sont les nouveaux moyens de transport alternatifs à la voiture individuelle ? Et comment les financer grâce au forfait mobilités durables (FMD) mis en place par les employeurs ?

Qu’entend-on par transport alternatif ?

On parle de transport alternatif pour désigner un moyen de transport qui diffère des modes de transport traditionnels que sont les voitures individuelles, les bus ou les trains par exemple. Les transports alternatifs sont souvent plus durables et écologiques, et peuvent inclure des modes de transport actifs tels que la marche, la course à pied ou le vélo, et/ou partagés tels que le covoiturage, l’autopartage ou la location de vélos en libre-service. Les EPDM, comme les gyropodes, les trottinettes électriques, les mono-roues et les hoverboards en font aussi partie.

Les transports alternatifs peuvent présenter des avantages en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de réduction de la congestion routière et de promotion de modes de vie sains et actifs. 

Quels sont les transports alternatifs et leurs avantages ?

Le vélo (mécaniques ou électriques)

Le vélo est un mode de transport actif, écologique et peu coûteux, qui permet de se déplacer de manière autonome tout en pratiquant une activité physique bénéfique pour la santé. Adapté aux courtes comme aux longues distances, il est souvent plus rapide que la voiture en milieu urbain, en particulier aux heures de pointe. Les cyclistes peuvent emprunter des itinéraires alternatifs et éviter les rues encombrées de voitures. Se déplacer à vélo peut être plus rapide que d’autres moyens de transport, car cela permet d’éviter embouteillages et attente des transports en commun.

Les hoverboards 

Un hoverboard est un type de véhicule électrique personnel composé d’une plateforme sur laquelle le conducteur se tient debout et de deux roues reliées à un système de stabilisation gyroscopique. En inclinant le corps vers l’avant, le conducteur fait avancer l’hoverboard, tandis qu’en inclinant le corps vers l’arrière, il fait reculer le véhicule. Pour tourner, le conducteur incline simplement ses pieds dans la direction souhaitée. Les hoverboards peuvent atteindre des vitesses allant jusqu’à 15 km/h, ce qui les rend pratiques pour les déplacements en ville. 

Les gyropodes

Les gyropodes sont des véhicules électriques monoplaces à deux roues qui sont de plus en plus populaires dans les centres urbains. Ils sont constitués d’une plateforme où le conducteur se tient debout, avec des capteurs de mouvement qui détectent l’inclinaison du corps et permettent de contrôler la vitesse et la direction du véhicule. Ces engins motorisés peuvent atteindre des vitesses allant jusqu’à 25 km/h, ce qui les rend idéaux pour les déplacements de courte distance en milieu urbain. Alimentés par des batteries électriques, ils restent plus respectueux de l’environnement que la traditionnelle voiture.

Les monoroues

Un mono-roue est un moyen de transport personnel qui ressemble à une roue unique montée sur une plateforme, avec des pédales pour permettre au conducteur de se tenir debout et de diriger le mono-roue. Les mono-roues sont souvent équipés de moteurs électriques pour faciliter le déplacement du conducteur, qui peut se déplacer en avant, en arrière et tourner en fonction de son centre de gravité. Il s’agit d’un moyen de transport compact et portable qui offre une grande maniabilité et une bonne vitesse pour les déplacements urbains sur de courtes distances.  

Les trottinettes et trottinettes électriques

La trottinette est facile à utiliser et convient à tous les âges et niveaux de condition physique. Il suffit de pousser avec une jambe pour avancer et de freiner avec un frein à pied. C’est un très bon moyen de lutter contre la sédentarité car elle sollicite les muscles des jambes et du corps, tout en améliorant l’équilibre et la coordination. La trottinette permet de se déplacer rapidement dans les rues encombrées, évitant ainsi les embouteillages et les retards. Une fois pliée, vous pouvez utiliser un autre mode de transport : bus, tramway, train, navette fluviale…

Les skateboards et skateboards électriques

Les skateboards électriques peuvent atteindre des vitesses allant jusqu’à 35 km/h, ce qui peut permettre de se déplacer plus rapidement qu’à pied ou en utilisant les transports en commun. Ils peuvent également être plus efficaces que la voiture pour se déplacer sur de courtes distances. Avec un skateboard (électrique ou non), vous n’aurez par ailleurs aucun problème de stationnement. Une fois que vous avez acheté votre planche de skate, il n’y a pas grand-chose à faire et l’entretien est facile. Se déplacer en skateboard reste un excellent moyen de faire de l’exercice physique, car il sollicite l’équilibre, la coordination et les muscles des jambes et du corps.

Comment choisir son mode de transport alternatif ?

Le choix du mode de transport alternatif dépendra de plusieurs facteurs. Voici quelques éléments à prendre en compte :

  • la distance à parcourir : les modes de transport alternatifs tels que la marche, le vélo ou la trottinette peuvent être adaptés pour des distances courtes à moyennes, tandis que les transports en commun, le covoiturage ou l’autopartage peuvent être plus adaptés pour des distances plus longues.
  • le temps disponible : certains modes de transport alternatifs tels que le vélo peuvent être plus rapides que les transports en commun dans les villes congestionnées, tandis que d’autres modes de transport tels que la marche peuvent nécessiter plus de temps.
  • le coût : les prix de transport peuvent varier selon les modes de transport alternatifs, il est donc important de prendre en compte les coûts d’achat, d’entretien et d’utilisation.
  • la disponibilité : certains modes de transport alternatifs peuvent ne pas être disponibles dans toutes les zones géographiques, il est donc important de vérifier la disponibilité de chaque mode de transport dans la région.
  • les préférences personnelles : les préférences personnelles jouent un rôle important dans le choix du mode de transport alternatif. Par exemple, certains peuvent préférer le vélo pour faire de l’exercice physique, tandis que d’autres peuvent préférer la marche pour profiter du paysage.

Face au risque d’accident, il est important de s’intéresser à la réglementation en vigueur et de respecter le Code de la route. Les usagers des transports alternatifs doivent utiliser une paire de chaussures adaptée, utiliser les pistes cyclables lorsque cela est possible et redoubler de vigilance dans les rues piétonnes.

Quel mode de transport “vert” privilégier l’hiver ?

En hiver, lorsque les conditions météorologiques sont plus difficiles, il peut être plus délicat de se déplacer avec certains modes de transport alternatifs, en particulier dans les régions où il neige et où les routes sont glissantes. Dans ce cas, les transports en commun, le covoiturage et l’autopartage peuvent être de meilleures options pour se déplacer en toute sécurité et efficacement.

Comment financer l’utilisation d’un mode de transport écologique grâce au forfait mobilité douce ?

Le forfait mobilité double – également connu sous le nom de forfait mobilité durable (FMD) -, peut être utilisé pour financer l’utilisation d’un mode de transport alternatif et écologique. Ce dispositif peut être mis en place par l’entreprise à son bon vouloir.

Les salariés peuvent utiliser cette allocation pour financer l’achat, la location ou l’entretien d’un vélo, d’une trottinette, d’un gyropode ou pour acheter des titres de transport en commun.

L’utilisation de ce forfait peut également être combinée avec d’autres aides financières pour les modes de transport alternatifs, telles que les subventions de l’Etat pour l’achat de vélos électriques ou les remboursements de frais de transport en commun par l’employeur.

Pour bénéficier du forfait mobilité douce, les salariés doivent en faire la demande auprès de leur employeur et fournir des justificatifs de dépenses liées à l’utilisation des modes de transport alternatifs. L’employeur est alors responsable de la gestion de l’allocation et de la déclaration fiscale et sociale associée.

Il est important de noter que l’utilisation de ces modes de transport alternatifs peut être réglementée dans certaines villes et pays pour des raisons de sécurité liées aux chutes et aux accidents. Nous vous invitions à vous renseigner et à vous conformer à la réglementation afin de garantir une utilisation sûre et responsable de ces nouveaux moyens de transport.

En tout cas, les vélos en libre-service offrent une alternative pratique et économique aux modes de transport traditionnels comme les voitures individuelles ou les transports en commun. C’est également une solution intéressante du point de vue de la santé et de l’environnement. Les entreprises aussi s’intéressent aux offres des services de vélos en libre-service, pour les déplacements professionnels de leurs employés. Velib’, dans la Métropole du Grand Paris, propose une offre spécialement destinée aux employeurs : Velib’ Pro. Contactez-nous pour avoir plus d’information sur cette offre et notre accompagnement dédié pour les entreprises.